Ti Frere - L'Histoire du Sega Mauricien

Jean Alphonse Ravaton, populairement connu sous le nom de "Ti Frère", qui signifie "petit frère" en créole Mauricien), est né le 22 avril 1900 au Quartier Militaire, dans le quartier de Moka. Son père d'origine Malgache était également chanteur, il a organisé de grandes soirées privées appelées "bal bobesse"; ces réceptions ont été organisées le samedi soir. Ti Frère a grandi dans cette atmosphère de sega typiquement créole. Il était apparemment analphabète, mais capable d'improviser une chanson à la moindre demande.

En 1925, il chante sa première séga, Tamassa. Cette chanson a été enregistrée sur un 45 tours par minute en 1948, par la société Damoo Sound & Music. C'est le premier 45 tours enregistré à Maurice. À cette époque, le sega était considéré comme de la musique vulgaire et n'était pas accepté par la société d'alors. La popularité de Ti Frère est devenue de plus en plus grande. En conséquence, il a été couronné "Roi du Sega" en 1964. Malgré cela, Ti Frère vivait dans une misère abjecte. Il a été contraint à plusieurs reprises de changer de métier pour gagner de l'argent (coupeur de canne, chauffeur de bus, brise-roche, garde forestier, chasseur, surveillant de chevaux).

Plus tard, avec l'introduction du sega moderne, Ti Frère a sombré dans l'oubli. Dans les années 1990, l'état de santé de Ti Frère s'est détérioré. Il est devenu aveugle. Il a été décoré d'un MBE (Membre de l'Ordre de l'Empire Britannique). Ti Frère est décédé sans le sou à l'âge de 92 ans en 1992 mais ses chansons survivent. Parmi les plus populaires, Anita, La grain café, Roseda, Papitou, Maa Bole Maa, Charlie Oh, Baré, Ki ti baliyé la, etc.